En quoi consiste le portage salarial ?

Le portage salarial
Par son mode fonctionnement mettant de côté la création d’entreprise ou l’inscription sous un statut d’indépendant, ce mode travail se révèle être une solution particulièrement porteuse. L’ordonnance n° 2015-380 du 2 avril 2015 le désigne ainsi comme un ensemble structuré constitué par « d’une part, la relation entre une entreprise (…) effectuant une prestation au profit d’une entreprise cliente, qui donne lieu à la conclusion d’un contrat commercial de prestation (…) ; d’autre part, le contrat de travail conclu entre l’entreprise et un salarié désigné comme étant le salarie porté, lequel est rémunéré par cette entreprise. ». En des termes moins juridiques, il offre la possibilité à tout consultant qui en émet le souhait d’exercer sa profession en parfaite autonomie via une facturation sous forme d’honoraires, de garder l’ensemble des avantages inhérents au statut de salarié et d’éviter de supporter les multiples contraintes (administratives, juridiques, comptables, fiscales) propres au régime de freelance ou d’indépendant. Comme vous le voyez, une telle solution vous correspond parfaitement si vous vous reconnaissez dans le fait de vouloir travailler de manière autonome à travers l’exercice de missions dans le cadre de l’entreprise. Pour en savoir davantage, n’hésitez pas à cliquer ici, sans toutefois oublier de prendre connaissance des 4 grands points à retenir s’agissant de cette alternative en pleine mutation.

Comment est-ce que cela fonctionne concrètement ?

Une fois les choses posées et la définition clarifiée, reste à savoir comme cela fonctionne dans les faits. Cette solution met en réalité en relation trois types d’acteurs du monde économique. D’un côté, il y a bien sûr le client (administration, association, collectivité territoriale, entreprise, etc.) et de l’autre ce qu’il est commun de nommer le « porte ». Ce dernier est un véritable expert dans un domaine en particulier, voire même dans plusieurs, et est appelé à réaliser à ce titre des missions bien définies. Et qu’en est-il du troisième acteur ? Il s’agit tout simplement de la société spécialisée à même de jouer un précieux rôle d’intermédiaire entre le client et le porte. Le triptyque connu, il convient toutefois d’apporter quelques précisions pour que vous puissiez disposer d’une bonne vision d’ensemble. Notez dès lors que les missions confiées ne font pas partie des frais de personnel puisqu’il n’existe pas de lien de subordination entre le salarie porte et son client. Rien à voir donc avec un contrat de travail intérimaire ! Quant aux sociétés permettant la mise en relation entre les deux, elles prélèvent d’une façon générale 10 % de frais de gestion sur les honoraires des bénéficiaires du dispositif, tout en leur garantissant en parallèle l’accessibilité à la formation permanente et une prise en charge de la responsabilité civile professionnelle.

Qui est concerné ?

Fruit de son développement exponentiel tout au long de ces dernières années, cette option est susceptible de s’adresser à de très nombreuses situations propres aux indépendants. Vous êtes un créateur d’entreprise désireux de tester sans prendre de risques de nouveaux projets ? Vous êtes un salarié en reconversion professionnelle ambitionnant d’opérer une transformation de son expertise en offre de service ? Vous êtes à la retraite tout en ayant conservé une activité en vue de compléter vos revenus ? Autant de situations non exhaustives qui rentrent sans conteste dans le champ de ce mode de travail. Et c’est sans compter sur tous les métiers potentiellement compatibles, en particulier dans la sphère des prestations intellectuelles (ingénieurs, formateurs, professionnels du monde de l’immobilier, experts en informatique, managers, consultants en ressources humaines, etc.).

Que permet-il de faire ?

Véritable outil vecteur d’adaptation économique, ce mode de travail donne toute sa résonance au désir d’autonomie professionnelle. Pour cela, vous devez absolument pouvoir vous appuyer sur une motivation sans faille et sur la certitude d’avoir une plus-value originale à apporter. Votre envie doit être en tous points perceptible, bien devant les nécessités économiques qui légitimement vous animent. Pour réussir ce défi autonome, il vous faut aiguiser votre capacité à vous projeter dans l’avenir, qu’il soit à court ou à plus long terme. Car c’est cette capacité, cette profonde envie décrire vous-même votre propre histoire qui est à même de donner toute sa résonance à l’accompagnement de telle ou telle société spécialisée dans vos rapports avec la clientèle.

Comment le salaire est-il calculé ?

S’agissant du calcul des honoraires, les choses sont relativement simples dans la mesure où le consultant les négocie lui-même avec ses clients. De manière mécanique, c’est ensuite le chiffre d’affaires qu’il a été en mesure de générer pendant le mois qui fait l’objet d’un reversement de la part de société sous forme de salaire. Vous souhaitez calculer votre salaire net ? Là également rien de bien sorcier étant donné qu’il faut prendre en considération exactement le même découpage qu’une entreprise classique lors du paiement des salaires à ses employés. À noter toutefois qu’au-delà de la déduction des charges salariales et de l’ajout des charges patronales, il convient de prévoir l’intégration au calcul du taux de gestion de la société. 

Lunettes pour Tous : Le succès du concept
Paul Morlet : Comment profiter de son expérience inédite ?