Micro-entreprise : quel statut juridique pour mon activité ?

Quel statut juridique choisir pour mon activité ? C’est incontestablement la question la plus essentielle qui se pose lorsque l’on souhaite se lancer dans l’univers entrepreneurial. Et il n’est pas rare que l’on soit un peu perdu au moment du choix surtout lorsqu’on est débutant en ce domaine assez audacieux. Vous souhaitez créer une entreprise en votre nom ? Le statut micro-entreprise pourra vous convenir. Retrouvez à travers ces quelques lignes les informations nécessaires pour vous servir de levier sur ce sujet.

Entreprise individuelle ou micro-entreprise ?

Dois-je créer une SASU ou une SAS, EURL ou SARL, micro-entreprise, EI ou EIRL ? Lorsqu’il s’agit de statut juridique d’entreprise, les créateurs se trouvent très vite face à l’embarras de choix. Le statut d’entreprise individuelle et micro-entreprise sont des statuts adaptés pour entreprendre en solo. Ces deux statuts sont similaires, car l’auto-entreprise n’est autre qu’une simple option du régime entreprise individuelle. Pourtant, bien ces deux statuts sont à fonctionnement simplifié, il existe quand même quelques différenciations en matière d’obligations déclaratives et fiscales. Choisir une forme juridique adaptée à votre projet n’est pas toujours évident. Ainsi, pour profiter d’un choix éclairé, laissez-vous guider par les experts de Formalizi.

Zoom sur le régime micro-entreprise

Le régime micro-entreprise (ex régime auto-entreprise) est une entreprise individuelle proposant un fonctionnement ultra-simplifié. Cela représente son principal avantage. En effet, sa création est facile, car on n’a pas besoin de rédiger le statut, de publier d’annonces légales… En plus, le coût de création est presque nul. Le statut micro-entreprise permet en outre aux entrepreneurs de bénéficier de régime social allégé et d’obligations comptables et fiscales simplifiées et souvent plus avantageuses. En contrepartie, tout comme l’entreprise individuelle, le régime auto-entreprise n’a pas de patrimoine propre en dehors du patrimoine professionnel. De ce fait, le bien et capital personnel du dirigeant ne sont pas à l’abri d’éventuelles difficultés financières liées à son activité.

Micro-entreprise pour débuter ou tester son activité

Le régime micro-entreprise est accessible sous réserve que le chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas un certain seuil. Le cas échant le micro-entrepreneur doit immédiatement envisager de basculer dans le régime entreprise individuelle. Ce seuil de chiffre d’affaires est variable selon l’activité de l’entreprise. Par exemple, pour une activité de prestation de service, il est limité à 70.000 euros par an contre 170 000 euros en achat et vente. En effet, le régime micro convient plutôt au projet de petite envergure, plus concrètement aux entrepreneurs qui souhaitent développer une petite activité générant peu de charges ou monter une entreprise en complément de leur activité principale. Le statut micro-entreprise vous convient aussi si vous souhaitez d’abord tester votre projet avant de vous lancer dans l’investissement demandant de somme importante.

Comment souder une équipe de commerciaux ?
Où domicilier le siège social de son entreprise ?