Le secteur immobilier recrute-t-il toujours malgré la crise ?

immobilier

Comme la plupart des domaines d’activité, l’immobilier a été touché de plein fouet par la crise du Coronavirus. Pendant que de nombreux professionnels sont inquiets quant à la pérennité de leur activité, faut-il encore rêver de travailler dans l’immobilier ? Comment se porte le recrutement dans ce secteur ? Peut-on tenter de se projeter dans l’avenir ? Tant de questions auxquels vous trouverez certainement des réponses en lisant la suite !

Un marché immobilier qui tient le coup

Le taux de chômage a fait un bond historique depuis le début de l’épidémie du Coronavirus. Et selon la Fédération nationale de l’immobilier, près de 3000 agences risquaient de fermer leurs portes si le confinement se prolongeait. Dans un tel contexte économique, trouver un emploi dans ce secteur pourrait s’apparenter à une mission impossible.

Pourtant, lorsqu’on y prête attention, réussir à travailler dans l’immobilier par ces temps difficiles, est loin d’être un exploit. En effet, selon une récente étude réalisée par le groupe Randstad France ayant scruté plus de 11.000 sites de recrutement, 8 252 annonces ont été publiées en avril 2020, augmentant la demande de 57 % sur un an. Vous pouvez toujours postuler en ligne et espérer être recruté comme franchisé ou en tant que salarié.

Il faut dire que depuis le début de la crise, la question du logement sûr a une importance prépondérante. De nombreuses personnes considèrent qu’acquérir sa résidence principale est un bon moyen de protéger sa famille, notamment en temps de crise.

Travailler dans l’immobilier en France n’est donc pas un rêve irréalisable tant qu’une grande majorité des Français maintiennent leurs projets immobiliers. D’ailleurs, l’indicateur trimestriel Drimki / BVA sur les projets immobiliers en France révèle que « près d’un Français sur six a toujours un projet immobilier en tête dans les douze prochains mois, et ce, malgré le confinement ».

Les métiers de l’immobilier toujours très recherchés

Malgré la baisse des embauches et la faiblesse de l’économie, plusieurs professions ont pu tenir le coup. Certains profils sont donc toujours très sollicités par les employeurs, dans différents secteurs d’activité dont celui de l’immobilier.

En réalité, travailler dans l’immobilier reste toujours accessible de nos jours. Même si le marché immobilier est en pleine crise, des agences continuent de recruter. L’activité du recrutement ne s’est pas arrêtée pendant le confinement, elle a plutôt été ralentie (plus d’informations sur Immoz). Ainsi, partout sur le territoire français, les métiers d’agent, de négociateur et de conseiller immobilier sont au cœur des demandes.

Selon de récentes études, les agences immobilières font partie des entreprises qui recrutent le plus en ces temps particuliers. Les franchises immobilières continuent, elles aussi activement à rechercher des candidats. Elles reçoivent d’ailleurs toujours plus de demandes de formation et d’adhésion. Malgré le contexte difficile, travailler dans l’immobilier est encore l’ambition de nombreuses personnes en recherche d’emploi ou en reconversion professionnelle.

Comment peut-on travailler dans l’immobilier malgré la crise ?

Avec la crise du Coronavirus, l’immobilier connaît de nombreux bouleversements. Mais il s’en sortira mieux que d’autres domaines d’activités. En effet, depuis quelques années déjà, certains outils digitaux ont été mis en place dans le secteur de l’immobilier et les professionnels sont habitués à les utiliser.

Avec les mesures prises dans l’état d’urgence sanitaire et face à l’impossibilité d’accueillir du public dans leurs locaux ou encore de faire des visites de logements, les professionnels sont appelés être plus réactifs et connectés et à travailler dans l’immobilier avec ces outils.

Il s’agit notamment du mail, la vidéoconférence, le télétravail, l’enregistrement des signatures d’actes de vente à distance, les visites guidées à distance, etc.

Offres d’épargnes exclusives : les avantages des gammes H
Fitness et musculation : l’électrostimlation gagne du terrain